syrpa-normand
 
Nos manifestations 22 mars 24 mai 24 septembre        
en 2013 Les Ets Duchemin, producteur de pommes de Terre Photographies :
êtes vous hors-la-loi?
Rencontre de l'association Blanc Bleu Coeur        
 
Le programme 2013 est donné sous réserves
 

"La communication au cœur de la stratégie
d'un négociant de pommes de terre"

 
 

Duchemin





Innovation et qualité

M. Christian Duchemin a repris en 1984 l’exploitation de ses parents, qui cultivaient déjà de la pomme de terre.
« A l’époque tout le monde faisait de la Bintje et cela marchait bien » avoue M. Duchemin qui s’est tourné dès ses début vers d’autres variétés telles que la BF 15 ou la Roseval....

C’est cette volonté de se démarquer qui caractérise toujours M. Duchemin. Il s’est lancé à cette époque dans plusieurs innovations pour séduire le public et développer les ventes de pommes de terre.
Il était fortement convaincu que la pomme de terre lavée répondrait au désir des ménagères et a été précurseur en proposant le cageot de 15 kg de pommes de terre lavée à la place du sac de 25 kg de pommes de terre.

Christian Duchemin reconnaît qu’il n’était pas tout seul et que Pom’Alliance a un joué au niveau national un rôle de locomotive pour entrainer les producteurs vers plus de qualité.
La réussite de ces nouvelles offres vient du bon accueil de la grande distribution qui a accepté de payer les producteurs de leurs efforts. « Nous avons doublé nos ventes rien qu’en changeant le packaging » se plait à répéter Mr.Duchemin.

Actuellement Christian Duchemin est engagé dans une autre innovation qui devrait être, selon lui, un grand succès commercial. Il s’agit du sachet de pommes de terre micro-ondable (450 g à 750 g), une nouveauté apparue il y a quelques années et dont il a amélioré le sachet pour assurer une meilleur cuisson qui préserve toutes les qualités gustatives des pommes de terre.
On l’aura compris M. Duchemin vise le haut de gamme en pommes de terre, ce qui l’amène à rechercher zéro résidu de produit phytosanitaires dans ses pommes de terre et à remplacer les défanants par le broyage, et les antis germinatifs par de l’huile essentielle de menthe. 

 
Visite de l'unité de conditionnement

Un gros Investissement en conditionnement

Sur la chaine de triage la vigilance est de mise, et les 40 ouvriers d’autrefois qui travaillaient au triage manuel ont été désormais remplacé par un trieur optique qui élimine 80 % des pommes de terre abimées, tachées, coupées ou avec verdissement, sans ralentir la cadence. 2 employés retirent les 20 % défectueux qui sont passés à travers.
Certains jours, ce sont jusqu’à 100 tonnes qui ainsi sont triées.
L’investissement de 500 000 euros a tout de suite été rentable face à l’économie de main-d’œuvre et à la qualité du travail dans un temps record.
Un nouvel équipement, qui avait été testé comme prototype pendant plusieurs mois, est maintenant en réglage pour être totalement opérationnel : un robot palettiseur.
Pour ne rien laisser se perdre et dans un esprit de développement durable, les pommes de terre écartées, qui représentent jusqu’à 6 000 tonnes/an, sont soit données à des associations caritatives, soit utilisées dans l’alimentation du troupeau de vaches Salers, dont la viande est également commercialisées par les Ets Duchemin.

Le robot en fonctionnement
Groupe Syrpa

Un partenariat avec la grande distribution

La vente de gros volumes et d’une qualité haut de gamme a amené M. Duchemin à travailler presque exclusivement avec la grande distribution.
Celle-ci a les moyens financiers de valoriser les produits selon leur segmentation. « Avec eux ça avance ! » déclare M. Duchemin.
Par contre, la Grande Distribution demande la sécurité d’approvisionnement et la fourniture de services associés à la vente. « Aussi nous ne fermons jamais l’été.
Avec eux il faut être réactif ».
Aujourd’hui ses pommes de terre sont vendues à 70% en marque de distributeurs (MDD) comme Carrefour et Carrefour Market, et à 30 % dans les magasins Super U. M. Christian Duchemin vise le développement de son activité commerciale d’abord en périphérie de Caen. « Nous voulons que le consommateur puisse nous trouver dans tous les magasins.
L’objectif à 5 ans étant d’avoir tous les magasins du Calvados clients des Ets Duchemin, même pour de faibles quantités.
Nous recherchons le meilleur taux de service, c'est-à-dire 1% de taux de refus. Avec le Leclerc de Bayeux par exemple, nous avons zéro refus depuis un an et demi ».
Nous avons un gros potentiel sur la Basse Normandie » constate t il.

Groupe Syrpa

La politique de marque

« Au départ on a créé la marque « Les pommes de terre de l’Odon » mais avec l’achat de pommes de terre hors de la zone, à d’autres producteurs, le rattachement au territoire de l’Odon n’était plus évident.Aussi, j’ai arrêté cette marque.
Avec la grande distribution nous vendions au début aux centrales d’achats seulement sous marque distributeur, mais notre nom a toujours été clairement identifié sur les emballages.
J’ai proposé Patat’y Patat’a en pensant à communiquer vers les enfants, sur le ton de la plaisanterie.
Toutefois des enseignes comme Monoprix ont reproché le manque de sérieux de cette marque et l’ont refusée dans leur linéaire.
Nous avons mené la réflexion avec des entreprises de conseil sur une nouvelle marque.
La sensibilité au terroir et le fort attachement à la nature sont ressortis comme les fondements de notre activité.
La marque devait aussi exprimer fortement l’aspect de production agricole.
C’est ainsi que nous avons choisi « La ferme du Val d’Odon ».
C’est la signature que l’on défend désormais pour toutes nos références.

Nous avions un site internet qui était dépassé, il a été remodelé par ma belle-fille en peu de temps, pour être mis en ligne en début d’année 2013, il reçoit plus de 100 visites/jours ».
http://www.pommedeterre-duchemin.com/
 

Si vous voulez en savoir plus: téléchargez le texte complet de l'intervention